Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

Toutes les publications

Pierre Deladonchamps et Vincent Lacoste dans Plaire aimer et courir vite
BRIFF

« Plaire, aimer et courir vite » : Christophe Honoré et les prisons de la cinéphilie

1 juillet 2018
La cinéphilie, chez Honoré, ne s'assimile-t-elle pas à une forme d'imaginaire policier ? Petite étude des références présentes dans « Plaire, aimer et courir vite » et de la scène de rencontre, qui traduisent peut-être d'abord une recherche de légitimation par le bon goût et une certaine tendance à exclure ceux qui ne le partageraient pas.
Thor sur son siège en plein trip dans Thor Ragnarok
Le Majeur en crise

Un space trip avec Thor et les Avengers : Les Blockbusters à l'ère du délire perceptif

25 juin 2018
Analyse des références à la drogue dans « Thor : Ragnarok » et les films Marvel. Et si l'ambition des blockbusters était de se confondre avec des trips hallucinatoires ?
Caroline dans 13 Novembre : Fluctuat Nec Mergitur
Critique

« 13 novembre : Fluctuat Nec Mergitur » : Éloge de l'Impudeur

11 juin 2018
Sous la forme d'une éloge de l'Impudeur, la série Netflix « 13 novembre : Fluctuat Nec Mergitur » rappelle ce qu'a été le réel de l’événement à rebours du discours consensuel des médias de masse et de l'opinion.
Le casting de Before We Vanish
Critique

« Avant que nous disparaissions » : Le Fantôme chez Kurosawa, entre Matérialité et Peur

5 juin 2018
En affichant son goût marqué pour la science, Kiyoshi Kurosawa entérine le changement de forme de ses fantômes. « Avant que nous disparaissions », loin d'être une parodie des films de SF, porte à la fois la matérialité scientifique du spectre et la peur humaine de disparaître.
Emma Waston en pine-up dans Bling Ring
La Chambre Verte

Emma Watson : Ange, Icône et Marionnette

31 mai 2018
D’ange à icône, d’icône à marionnette, la carrière d'Emma Watson a évolué en lien avec sa personnalité publique et son statut d'icône. Pourtant, rien ne la prédestinait à la lumière, et la voilà maintenant prisonnière de sa propre image. Retrouvera-t-elle sa nature angélique qui faisait vaciller notre perception ?
Jerry Lewis Portrait par Philippe Halsman, Magnum Photos
Le Majeur en crise

La Surprise d'être vivant : Ce que peut le corps de Jerry Lewis

26 mai 2018
La surprise d'être vivant, ou ce que peut le corps de Jerry Lewis. Analyse à travers une série de films réalisés entre 1955 et 1964 par Frank Tashlin ou Jerry Lewis, d'Artists and Models à Disorderly Orderly : quand la représentation de l'émotion passe l'épreuve de l'affection.
Affiche du Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro
Esthétique

« Le Labyrinthe de Pan » : Porosité des mondes, Porosité des genres

22 mai 2018
Ancré dans une réalité historique avérée, le Labyrinthe de Pan s'articule selon les codes du conte et du merveilleux : retour sur les trois épreuves d'Ofelia et la symbolique du film de Guillermo del Toro, quand le corps féminin se fait territoire de résistance et de renaissance.
Ansel Elgort et ses écouteurs dans Baby Driver
Rayon vert

Ce que racontent les oreillettes : « Baby Driver » et « Les Gardiens de la Galaxie»

21 mai 2018
Que peuvent donc nous apprendre les oreillettes du walkman de Peter Quill et de l'Ipod de Baby ? Analyse croisée de la musique des Gardiens de la Galaxie, réalisé par James Dunn en 2014, et de Baby Driver, réalisé par Edgar Wright en 2017.
Baghwan Shree Rajneesh (Osho) dans Wild Wild Country
Critique

« Wild Wild Country » : Le Documentaire et l'Esthétique de l'effet spectaculaire

14 mai 2018
« Wild Wild Country » s'inscrit dans un genre de documentaire où il n'y a plus rien à voir : sous son apparence de saga épique dont il transpose habilement les codes, il ne fait rien d'autre qu'imposer une esthétique de l'effet spectaculaire.
Les acteurs sur scène dans Insectes de Jan Svankmajer
Esthétique

« Insectes » : Le Testament de Jan Svankmajer

11 mai 2018
Avec Insectes, Jan Švankmajer met images son ultime manifeste pour un cinéma artistique, le legs d'un autre cinéma d'auteur qui se perd : donner forme à une intention qui laisse place au rêve, à l’imagination et à l'artifice, dans le droit fil de la tradition inaugurée par Georges Méliès.
Le spectateur dans La femme la plus assassinée du monde
BIFFF

« La Femme la plus assassinée du monde » : Miroirs, Spectateurs et Mondes Parallèles

8 mai 2018
Miroirs, spectateurs et mondes parallèles : le film de Franck Ribière questionne le statut actuel de la salle de cinéma et le rapport qu'entretient le spectateur au spectacle. Cette tentative de sociologie du cinéma s'intéresse d'abord à la dynamique d'une séance.
Les acteurs principaux de Mektoub My Love
Critique

« Mektoub, My Love » d’Abdellatif Kechiche : Amin se fait des films

3 mai 2018
Avec Mektoub My Love, Abdellatif Kechiche offre à ses détracteurs tout ce qu'ils attendent de lui, précisément pour mieux déjouer leurs attentes : voyeurisme, lubricité, chosification des jeunes femmes ne sont que des détonateurs préludant les événements complexes vécus par les personnages.
Bernadette Lafont dans La Fiancée du Pirate
Le Majeur en crise

« La Fiancée du Pirate » : Sorcellerie, Puissance et devenir-femme

2 mai 2018
Avec « La Fiancée du Pirate », Nelly Kaplan appelle à l’expression d’une imagination en puissance, plutôt qu’à l’institution de l’imaginaire au pouvoir. C'est de sorcellerie qu'il s'agit avec Marie, l'anti-héroïne du film interprétée par Bernadette Lafont : déchaîner les « forces paniques de la nature ».
Shelley Duvall et Sissy Spacek dans Trois femmes de Robert Altman
Rayon vert

« Persona » d'Ingmar Bergman et « Trois femmes » de Robert Altman : La perte de l’identité féminine

27 avril 2018
Analyse croisée de « Persona » d'Ingmar Bergman et de « Trois femmes » de Robert Altman autour de la question de la perte de l’Identité Féminine. Que nous apprennent ces deux films sur la femme lorsqu'ils explorent la thématique de l’échange d’identité ?
Tom Hiddleston et Tilda Swinton assis à ne rien faire dans le film de Jim Jarmusch
Rayon vert

Les Voyages inopérants et les Quêtes spirituelles chez Jim Jarmusch

23 avril 2018
Les quêtes spirituelles qui traversent le cinéma de Jim Jarmusch n'ont pas besoin du voyage pour s'accomplir. Elles peuvent faire du surplace et se réaliser au creux d'un divan ou sous le nez des personnages. Analyse croisée de « Only Lovers Left Alive », « The Limits of Control » et « Paterson ».
Grave de Julia Ducournau
BIFFF

La Salle, l'horreur et les émotions : Interview avec Julia Ducournau

20 avril 2018
Expérience de la salle de cinéma, horreur et émotions. Julia Ducournau revient avec nous sur tout ce qui agite le spectateur : « Admettre avoir peur devant l'autre, c’est accepter de se rendre vulnérable, et c’est ce qui peut créer une complicité. C’est pour cela que j’adore les films d’horreur. »
Elle Fanning et Alex Sharp dans How to Talk to Girls at Parties
BIFFF

« How to Talk to Girls at Parties » : Les visites extraterrestres d'Elle Fanning

15 avril 2018
Par la seule présence d’Elle Fanning, How to Talk to Girls at Parties porte en lui une étrangeté métaphysique. L'actrice prête son corps à la quête du souvenir de l’amour adolescent perdu. Par là, comme chez Winding Refn, elle devient une incarnation mythique et fantasmatique.
La famille dans Survival Family
BIFFF

« Survival Family » : À l'aveugle sur la route de la survie

11 avril 2018
Revisite habile et drôle du thème de la route peuplant les récits post-apocalyptiques, Survival Family prend à contre-pied les codes du genre. Le héros est une famille tokyoïte ordinaire, le transport se fait à pied ou à vélo, et le principal obstacle est un tunnel non éclairé.
The Third Murder de Kore-Eda
Critique

« The Third Murder » : Substitutions et Surimpressions

9 avril 2018
La figure de la surimpression dans The Third Murder peut être vue dans la manière dont Kore-eda semble vouloir renouveler son cinéma. En transparence, sous le film de genre, se retrouvent à nouveau frais les obsessions du réalisateur : des personnages rongés par la famille et les liens du sang.
Lady Bird, un film de Greta Gerwig
Rayon vert

« Lady Bird » de Greta Gerwig : Les Troubles de l'identification

5 avril 2018
Objet hybride, condensant une période diégétique assez longue dans le cadre très restreint, voire formaté, d’une comédie rythmée et réduite à son heure et demi syndicale, Lady Bird trouble l'identification du spectateur aux personnages tout en la stimulant.
Une séance de Power Ranger le film
BIFFF

« Power Rangers », le BIFFF et Le Spectateur Nomade

30 mars 2018
Essai de sociologie du cinéma autour de l'idée d'un spectateur nomade qui ferait varier autant que possible les conditions de réception des films : les expériences alternatives de la salle de cinéma permettent de repenser notre posture de spectateur religieux et silencieux.
FIFF

Vincent Rottiers, un acteur en quête d'autres images

26 mars 2018
Vincent Rottiers est le genre d'acteur qu'on associe souvent à des rôles précis. Quel rapport entretient-il avec cette image ? Tisse-t-il des liens entre ses différents personnages ?
Sandra Hüller dans Toni Erdmann
Interview

Heike Parplies : Un montage taillé pour les personnages

21 mars 2018
Lauréate du prix du meilleur montage de la Film- und Medienstiftung NRW pour Everyone else et Toni Erdmann, Heike Parplies sublime le travail de Maren Ade, l‘une des cinéastes les plus reconnues du jeune cinéma allemand. Nous l'avons rencontrée à la troisième édition du festival « Les Monteurs s'affichent ».
Chien (2018) de Samuel Benchetrit
FIFF

« Chien » de Samuel Benchetrit : Interview avec Vincent Macaigne

16 mars 2018
Les scènes d’humiliation physique présentes dans « Chien » auraient pu n'être que l'expression d'une violence aussi bête que gratuite. Mais l'art de Benchetrit les fait basculer dans la fable cruelle : critique d'un film punk suivie d'une interview avec Vincent Macaigne.
L'insulte de Ziad Doueiri
Rayon vert

« L'insulte » de Ziad Doueiri : Le Flashback en procès

10 mars 2018
À partir d’une simple injure dans une rue de Beyrouth de nos jours, « L’Insulte » de Ziad Doueiri explore le passage d’un conflit entre deux hommes à celui d’un pays tout entier, un conflit du présent qui voit également se rouvrir les plaies du passé.
Le personnage principal de Gatta Cenerentola
Critique

« Gatta Cenerentola » : l’anti-Disney

25 février 2018
Anti-Disney par excellence, Gatta Cenerentola ose braver les interdits du genre. Pendant près d’1h30, cette relecture du conte s’affirme comme une version moderne, urbaine, adulte et méditerranéenne du film classique de Walt Disney : Cendrillon est aujourd'hui une héroïne moderne.
Cristin Milioti dans Black Mirror Saison 4
Critique

« Black Mirror » Saison 4 : Le Sacerdoce de Charlie Brooker

18 février 2018
En voulant nous sensibiliser à l'humanité des hologrammes et à la cruauté humaine, Charlie Brooker semble délaisser la critique des dangers imminents des nouvelles technologies au profit d'une leçon de morale chrétienne et populiste.
Critique

« Call Me by Your Name » : Attachement facile

12 février 2018
Réflexions critiques autour de « Call Me by Your Name » de Luca Guadagnino. Comment porter un regard critique objectif sur un film directement lié à l’attachement qui se crée (ou pas) pour les acteurs/personnages ?
La mère d'Éric Caravaca dans Carré 35
Critique

Tout révéler : « Carré 35 » d'Eric Caravaca

4 février 2018
Hanté depuis toujours par la mort d’une sœur qu’il n’a pas connue et dont on lui a longtemps caché l’existence et les circonstances de la mort, Eric Caravaca essaye de révéler le secret de famille qui a marqué sa propre histoire. Quelle pourrait être la place du spectateur dans cette enquête familiale ?
Annie Vernay dans Le Roman de Werther
Esthétique

« Le Roman de Werther » de Max Ophüls : Impossible n’est pas français

30 janvier 2018
Sans relever une seule seconde du film à thèse, « Le Roman de Werther » de Max Ophüls est une démonstration par les images que le texte de Goethe est tout bonnement incompatible avec l’esprit français.
Bill Murray assis dans son salon (Broken Flowers)
Rayon vert

« Broken Flowers » de Jim Jarmusch : La quête de Dissemblance de Bill Murray

22 janvier 2018
« Broken Flowers » dépasse un comique s'amusant des clichés et une poétique du décalé pour raconter, à partir d'un travail autour de la ressemblance, une quête de dissemblance angoissante. Et si cette quête était aussi celle de Bill Murray, dont le fils, Homer, apparaît à la fin du film ?
rocco-demaiziere-teurlai
Critique

« Rocco », pornologie du tyran

15 janvier 2018
Rocco, 1500 films, 5000 partenaires, 30 ans de carrière. Il fallait tout ça pour tenter d'épuiser le désir. Mais c’est raté, car le désir ne s’épuisera que dans la mort, pas la petite – aussi grande fut-elle dans une dernière mise en scène d’inspiration christique. La pornologie du tyran raconte l'histoire tragique de cet échec.
Wonderstruck de Todd Haynes
Rayon vert

Épiphanies 2017 : Tentative de ne pas faire un Top annuel

6 janvier 2018
Plutôt qu'un énième top 2017, retrouvez une série de micro-épiphanies racontées par les expérimentateurs du Rayon Vert. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est par là que le cinéma est passé.
Bojack et sa famille dans Bojack Horseman Saison 4
Critique

« BoJack Horseman » : Un Cheval de Troie nommé Psychanalyse

19 décembre 2017
Avec cette saison 4 de Bojack Horseman, le célèbre cheval de Hollywoo n'est plus que l'ombre de lui-même. Interprétés à l'aide d'une psychologie freudienne caricaturale, les traumatismes familiaux s'imposent comme la clé de lecture du mal-être des personnages.
Aubrey Plaza dans Ingrid Goes West
Critique

« Ingrid perd le Nord » et le simulacre de l'Ego véritable

13 décembre 2017
Contre le postulat d'une solidité de notre Égo, analyse des contradictions, artifices et différents jeux de sens dans « Ingrid Goes West », un film de Matt Spicer avec Aubrey Plaza et Elizabeth Olsen.
Noah Jupe et Matt Damon à table dans Suburbicon de Georges Clooney
Le Majeur en crise

« Bienvenue à Suburbicon » de George Clooney : Le Poids du Regard

6 décembre 2017
Analyse du regard dans « Bienvenue à Suburbicon », le sixième long métrage de George Clooney : des voisins voyeuristes à l'enfant observant les monstres du monde adulte.
Ascaride, Darroussin et Meylan dans la scène du Poulpe de La Villa de Robert Guédiguian
Interview

Nostalgie Révolutionnaire : Interview avec Robert Guédiguian pour « La Villa »

4 décembre 2017
Dans La Villa, Robert Guédiguian met l'engagement politique à l'épreuve de la réalité, en mêlant théâtralité et sobriété visuelle : « Je vais au cinéma pour qu'on me propose des frictions d’émotions, des petites résistances au monde tel qu’il est, fussent-elles microscopiques. »
Ed Kemper dans Mindhunter de netflix
Critique

« Mindhunter » (Série Netflix) : N'est pas chasseur d'Esprit qui veut !

1 décembre 2017
À partir d'une opposition entre le Mind et le Spirit, Mindhunter renverse le système de croyance de son personnage pour le transformer en une sorte d'Icare de l'Âge de la psychologie. N'est pas chasseur d'Esprit qui veut !
Sonia Mekkiou danse dans En attendant les Hirondelles de Karim Moussaoui
FIFF

« En attendant les Hirondelles » : Interview avec Karim Moussaoui

26 novembre 2017
Avec « En attendant les hirondelles », premier long métrage divisé en trois parties, l'algérien Karim Moussaoui tente d'établir un portrait collectif d'une âme nationale autant qu'un état des lieux instantané de la société algérienne.
High Hopes de Mike Leigh
Critique

« High Hopes » de Mike Leigh : Noms, Classes, Luttes

17 novembre 2017
Des mondes entiers passent dans les différentes manières d’être appelés, avec ou sans prénom, avec ou sans nom : celui du bourgeois, du marxiste désabusé, de la femme sans qualité, de l'errant. C'est à l'étude de ces noms et de leurs mondes, des classes et les luttes qui s'y dissimulent, que se destine cet article.
Volubilis de Faouzi Bensaïdi
Critique

« Volubilis » : Le Regard archéologique de Faouzi Bensaïdi

14 novembre 2017
Cité romaine et fleur psychotrope, fidélité et insurrection : « Volubilis », une histoire du pouvoir et de l'amour racontée par Faouzi Bensaïdi.
Eiji Okada dans le désert de La Femme des sables
Esthétique

« La Femme des sables » : Le Mythe de Sisyphe à l'ère atomique

10 novembre 2017
Exploration des territoires physiques et psychiques construits par Hiroshi Teshigahara dans le désert post-atomique de La Femme des Sables, adaptation du roman éponyme de l'écrivain avant-gardiste Kobo Abe parue sur les écrans en 1964, afin de regagner la liberté.
Marina Foïs et les adolescents dans L'Atelier de Laurent Cantet
Interview

Tirer sur la Lune : Interview avec Laurent Cantet pour « L’Atelier »

7 novembre 2017
Interview avec Laurent Cantet autour des enjeux de « L’Atelier » : Comment filmer des dialogues ? Quelle distance mettre entre la caméra et ceux qui participent au dialogue ? Quelle distance mettre entre les uns et les autres ? Quel silence mettre en évidence ?
L'épreuve de force : Clint et les voitures
Rayon vert

« L'Épreuve de force » de Clint Eastwood : La meilleure façon de conduire

4 novembre 2017
Depuis la Ford Galaxie 500 de l’inspecteur Harry Callahan jusqu’à la Gran Torino de Walt Kowalski, en passant par L'Épreuve de force, nombreuses sont les images de routes avec Clint Eastwood au volant. Histoire d'un lonesome driver : « Enjoy it while it last ».
Hulk Hogan au tribunal (Le proces d'une presse libre, Netflix, 2017)
Le Majeur en crise

Netflix : Quand les contenus antisystèmes et l'idée de liberté se font marchandises

31 octobre 2017
Enquête sur l'omniprésence de contenus libertaires et antisystèmes sur Netflix. Comment expliquer cette contradiction ? Sur quel présupposé repose-t-elle ? Comment celle-ci traduit-elle une stratégie de "contrôle" ?
La mise en scène du Meurtre dans Detroit de Bigelow
Critique

« Detroit » de Kathryn Bigelow : mettre le meurtre en scène

26 octobre 2017
Dans Detroit, les images de violence et de meurtre ne servent pas uniquement le spectacle. Elles interpellent également le spectateur par la mise en abyme, racontent une progression vers l’horreur, témoignent d'un monde où le pouvoir se construit par la mise en scène de la violence.
Charlotte Villalonga dans le vent souffle sur erzebeth
Théâtre

« Le vent souffle sur Erzebeth » : Pathologie de la Femme-tempête

22 octobre 2017
Le Vent souffle sur Erzebeth raconte l'histoire d'une Femme-tempête dont le corps et les actions semblent être génétiquement liés au vent violent qui balaie avec régularité le petit village de Somlyo. Une pathologie peut-elle dépendre de ce qui se passe dans l'infiniment petit ?
Robert Pattinson dans Good Time des frères Safdie
Critique

« Have a Good Time ! » : Les Parcs d'attractions désenchantés des Frères Safdie

17 octobre 2017
Pour les frères Safdie, les espaces ont toujours été de grandes zones de jeu indéterminées où se brouillent différents niveaux de réalité cauchemardesques. En inversant les codes du parc d'attractions, ils nous lancent un ironique et désenchanté : « Have a good time ! »
Sarah Chiche photographiée par Lynn SK
Interview

Michael Haneke : 71 Fragmentations d'un consensus critique avec Sarah Chiche

13 octobre 2017
L'auteur de l'Éthique du Mikado se penche avec nous sur quelques singularités qui fragmentent le consensus critique qui entoure la réception de « Happy End ». Questions, notamment, de tendresse et de moyens de mourir ou de se laisser mourir, mais aussi de tuer ou de se laisser tuer.
Tous les acteurs autour de la table (Happy End, Hanke)
Critique

« Happy End » de Haneke : Bourgeois et outsiders, Langues étrangères et accents distinctifs

10 octobre 2017
En optant pour un casting international à l'affiche de Happy End, Michael Haneke joue avec la diversité des langues, des accents, voire des rapports au langage : une diversité qui éclaire les rapports de force entre individus et entre classes sociales.
Jean-Louis Trintignant dans Happy End
Critique

Michael Haneke : Variations sur l'enfermement

10 octobre 2017
Depuis l’appartement du final du Septième continent jusqu’à celui d’Amour, en passant par la maison de campagne où est séquestrée la famille de Funny Games, Michael Haneke travaille à l'enfermement de ses personnages. Happy End, malgré son titre, ne déroge pas à la règle : Analyse.