Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

FIFF

Vous ne trouverez pas ici toute l'actualité du FIFF de Namur, ni l'interview de toutes les célébrités qui y passent. Mais si vous cherchez malgré tout à accompagner ce que les films projetés lors du festival aident à penser, Le Rayon Vert est la bonne adresse.

Simon et les enfants dansant au camping dans La Vraie famille
FIFF

« La Vraie famille » de Fabien Gorgeart : Le paradis perdu des familles de cœur

8 octobre 2021
La Vraie famille raconte l'histoire déchirante d'une séparation en utilisant, pour le meilleur et pour le pire, les grandes ficelles du mélo. Mais grâce à son honnêteté et ses choix narratifs, le film de Fabien Gorgeart s'impose comme une tentative honorable du genre.
Guillaume Canet au piano dans Lui
Critique

« Lui » de Guillaume Canet : Et moi, et moi, et moi…

6 octobre 2021
Dans sa dernière fiction autocentrée, Lui, Guillaume Canet se met doublement en scène au cœur d’un casting de comédiens usuels du cinéma français « grand public », qu’il utilise comme autant de poupées parlantes uniquement bonnes à le mettre en valeur, « lui », et à débiter ses mots d’auteur. Cet ersatz d’un mauvais film de Bertrand Blier aurait dû s’appeler Moi, tant il ne tourne qu’autour de la personne de l’acteur-réalisateur.
Jane Birkin et Charlotte Gainsbourg devant la maison (musée) de Serge Gainsbourg à Paris dans Jane par Charlotte
FIFF

« Jane par Charlotte » de Charlotte Gainsbourg : Toucher ou muséifier

4 octobre 2021
Jusqu’à quel point peut-on prétendre toucher à une icône, l’approcher dans sa réalité, dans son authenticité, à partir du moment où cela se fait par l’entremise d’une caméra et d’une mise en scène orchestrée par une fille actrice à la gloire de sa mère ? Telle est la grande question de Jane par Charlotte qui ne cessera de l'explorer sous différentes formes, jusqu'à visiter un "musée" — l'ancienne maison de Serge Gainsbourg restée dans l'état — où il est interdit de toucher aux reliques du passé.
Leïla (Leïla Bekhti) et Damien (Damien Bonnard) assis dos à dos dans l'atelier dans Les Intranquilles
Critique

« Les Intranquilles » de Joachim Lafosse : L'art de ne pas avoir honte

30 septembre 2021
S’il donne l’impression, dans la première partie du film, de vouloir tout faire pour se « contenir », contourner ses vieux tics et ses vieux démons pour présenter un film « vierge » à un regard tout aussi « vierge », oublieux de tout le passif du réalisateur, Joachim Lafosse ne peut s’empêcher de retrouver sa vraie nature une fois l’illusion dissolue. Les Intranquilles développe alors toute une théorie de l’acceptation de soi en tant que cinéaste-roi, avec toutes ses tares et surtout sans honte : rien ne viendra jamais fondamentalement modifier la physionomie de ce cinéma autosatisfait et étranger à toute forme de remise en question. Mais il faut lui pardonner : il est comme ça, il ne changera pas.
Heidi en voyage en Chine dans Heidi en Chine
FIFF

« Heidi en Chine » : Interview de François Yang

9 octobre 2020
Accompagnant sa mère Heidi dans un voyage sur les traces du passé de sa famille et de la Chine, François Yang déploie un récit humain dans lequel l’intime accueille une quête d’identité liée à l’histoire socio-politique d’un pays. Il parvient à en dire beaucoup sans jamais tomber dans la démonstration ou le didactisme. L’extrême sensibilité de Heidi en Chine et son final en forme d’épiphanie nous ont convaincu de rencontrer son réalisateur afin de mettre quelques mots sur ce ressenti.
Liz (Noée Abita) dans Slalom
FIFF

Interview de Noée Abita, apprentie sorcière

5 octobre 2020
Cette rencontre avec Noée Abita est une nouvelle occasion d'ouvrir les portes de notre Chambre Verte. Le travail de cette jeune actrice de 21 ans, par la cohérence de sa filmographie, permet en effet déjà de tisser des liens entre ses différents rôles et de raconter une double histoire : celle d'une adolescence sombre et sans tabous et celle de corps qui ne cessent d'affirmer leur puissance et leurs désirs en évitant les étiquettes et toute forme de surdétermination.
Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas) et Maxime (Xavier Dolan) durant la scène du baiser.
Critique

« Matthias et Maxime » de Xavier Dolan : Baiser taché

19 octobre 2019
Dans « Matthias et Maxime », l’heure n’est plus à l’expression débridée des sentiments, des frustrations et des colères, mais plutôt à une sorte de contenance forcée que semblent s’imposer les personnages et que Dolan s’impose également à lui-même.
Perdrix de Erwan Le Duc avec Maud Wyler et Swann Arlaud
Critique

« Perdrix » de Erwan Le Duc : Le Perdreau et l'Arbrisseau

6 octobre 2019
À finalement jouer la rengaine du sentimentalisme pour son « Perdrix », Erwan Le Duc déforce la charge historique et politique initiée par une rencontre aussi improbable qu'amoureuse dans les Vosges.
Les Héros ne meurent jamais d'Aude Léa Rapin
FIFF

« Les Héros ne meurent jamais » de Aude Léa Rapin : Zoran est arrivé

5 octobre 2019
Critique et clinique, le film « Les Héros ne meurent jamais » d'Aude Léa Rapin s'offre comme la fiction cathartique d'un document traumatique sous l'horizon de la résurrection d'un défunt de la guerre de Bosnie-Herzégovine.
Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier parlent de littérature dans Alice et le Maire
Critique

« Alice et le Maire » de Nicolas Pariser : Économie de la Modestie

2 octobre 2019
« Alice et le Maire » de Nicolas Pariser ne peut être réduit ni à du théâtre filmé, ni à un cinéma de « qualité française », même s’il leur ressemble. C'est un film sur le langage, le retour de la pensée et l'utopie d'un futur à inventer.
Ernesto montre les photos des morts à Nicolasadans Nuestras madres
Critique

« Nuestras madres » de César Díaz : Les paradoxes du cinéma humanitaire

29 septembre 2019
« Nuestras madres » de César Díaz cherche à faire le deuil du génocide guatémaltèque et à poser des émotions sur le désastre. Mais en même temps, il n'échappe pas aux limites esthétiques d'un cinéma dit « humanitaire ».
Roschdy Zem dans Roubaix, une lumière
Critique

« Roubaix, une lumière » d'Arnaud Desplechin : Les pleins pouvoirs de l'Accoucheur

28 août 2019
Arnaud Desplechin invente dans « Roubaix, une lumière » un policier aux pouvoirs presque surnaturels. Ce qui soulève de nombreuses questions à la fois éthiques, politiques et esthétiques.
Laurent Lafitte et les adolescents face à la catastrophe
FIFF

« L'Heure de la sortie » et la Collapsologie : Trembler ensemble

12 octobre 2018
Dans le sillage de « Melancholia », « L'Heure de la sortie » de Sébastien Marnier pourrait bien être le premier grand film français de collapsologie : accueillir la peur pour faire le deuil d'un monde qui s'effondre; entrevoir une autre fin du monde possible.
Sébastien Marnier Portrait Memento Films
FIFF

« L'Heure de la sortie » : Interview avec Sébastien Marnier

10 octobre 2018
Avec « L’Heure de la sortie », Sébastien Marnier signe un second film impressionnant. En s’intéressant à l’économie des affects qu’il faut mettre en place pour se préparer aux catastrophes qui nous guettent, le cinéaste propose une puissante réflexion sur la désaffection.
Les acteurs de Braquer Poitiers
FIFF

« Braquer Poitiers » : Interview de Claude Schmitz

3 octobre 2018
Claude Schmitz nous explique les secrets de fabrication de son irrésistible « Braquer Poitiers » : le travail avec les acteurs, la porosité entre la fiction et le réel ou encore le rôle décisif du montage.
FIFF

Vincent Rottiers, un acteur en quête d'autres images

26 mars 2018
Vincent Rottiers est le genre d'acteur qu'on associe souvent à des rôles précis. Quel rapport entretient-il avec cette image ? Tisse-t-il des liens entre ses différents personnages ?
Chien (2018) de Samuel Benchetrit
FIFF

« Chien » de Samuel Benchetrit : Interview avec Vincent Macaigne

16 mars 2018
Les scènes d’humiliation physique présentes dans « Chien » auraient pu n'être que l'expression d'une violence aussi bête que gratuite. Mais l'art de Benchetrit les fait basculer dans la fable cruelle : critique d'un film punk suivie d'une interview avec Vincent Macaigne.
La mère d'Éric Caravaca dans Carré 35
Critique

Tout révéler : « Carré 35 » d'Eric Caravaca

4 février 2018
Hanté depuis toujours par la mort d’une sœur qu’il n’a pas connue et dont on lui a longtemps caché l’existence et les circonstances de la mort, Eric Caravaca essaye de révéler le secret de famille qui a marqué sa propre histoire. Quelle pourrait être la place du spectateur dans cette enquête familiale ?
Sonia Mekkiou danse dans En attendant les Hirondelles de Karim Moussaoui
FIFF

« En attendant les Hirondelles » : Interview avec Karim Moussaoui

26 novembre 2017
Avec « En attendant les hirondelles », premier long métrage divisé en trois parties, l'algérien Karim Moussaoui tente d'établir un portrait collectif d'une âme nationale autant qu'un état des lieux instantané de la société algérienne.
La femme cachée dans Laissez bronzer les cadavres de Hélène Cattet et Bruno Forzani
FIFF

« Laissez bronzer les cadavres » : Interview avec Hélène Cattet et Bruno Forzani

7 octobre 2017
Interview avec Hélène Cattet et Bruno Forzani autour de « Laissez bronzer les cadavres », sorti en salles en 2017, à l'occasion de laquelle les deux cinéastes évoquent leur méthode de travail et leur rapport au sommeil, à l'onirisme, l'érotisme, l'humour ou la couleur.
Douze jours de Raymond Depardon
Critique

« 12 jours » de Raymond Depardon : C’est la Société qui vous parle !

5 octobre 2017
Dans 12 jours, troisième documentaire de Raymond Depardon dans le milieu de la psychiatrie, les mots et les images des patients du Vinatier témoignent de la répression sociale : ils appellent à la compassion qui manque dans une société anesthésiée à force de se vouloir rationnelle.
L'actrice principale de La Belle et la Meute
FIFF

« La Belle et la Meute » de Kaouther Ben Hania : « La Peur peut changer de Camp »

2 octobre 2017
Rencontre avec Kaouther Ben Hania, réalisatrice du « Challat de Tunis », « Zaineb n'aime pas la neige » et « La Belle et la Meute ». À cette occasion, elle nous parle de son travail sur l’hétérogénéité de la représentation et la construction des discours sociétaux.
Jeune femme de Léonor Serraille
FIFF

« Jeune femme » : Interview avec Léonor Serraille

30 septembre 2017
Interview avec Léonor Serraille, réalisatrice de Jeune femme, caméra d'or au Festival de Cannes 2017, qui revient sur ses choix de mise en scène et sur la marginalité du personnage principal : « Je voulais trouver une femme qui ne soit pas étiquetable, qui ne rentre dans aucune case. »
Plan général dans Diamond Island de Davy Chou
FIFF

« Diamond Island » : Interview avec Davy Chou

28 décembre 2016
Rencontre avec Davy Chou autour de la mise en scène et du rêve dans Diamond Island : « Les couleurs, les lumières et les néons qui dégagent cette vibration si particulière, sont comme une caisse de résonance des multiples émotions intérieures des personnages en train de s'ouvrir au monde. »
FIFF

Interview avec Denis Côté à propos de « Boris sans Béatrice »

21 novembre 2016
Rencontre avec Denis Côté, à propos d'expériences sur les formes, la narration et les genres cinématographiques : « Mon travail est celui d’un ancien critique de cinéma, d’un amoureux du cinéma, qui tente des choses avec le langage cinématographique. »
boris-sans-beatrice-cote-2015
FIFF

La Magie des rencontres : de Boris sans Béatrice à Boris avec Béatrice

18 novembre 2016
Il en va du cinéaste comme de Boris Malinovsky, l'anti-héros de Boris sans Béatrice : sa richesse tient de la maîtrise absolue des espaces-temps, et de tout ce qui circule à l’intérieur de ceux-ci. C'est à la subversion de cette maîtrise sans reste que travaille Denis Côté, pour faire advenir une rencontre.
willy1er-boukherma-gautier-thomas-vannet
Critique

« Willy 1er » : De l'autre côté du cliché

14 octobre 2016
Admiration de Daniel Vannet, alias Willy 1er, celui dont le règne n'arrivera qu'à se débarrasser des clichés, à commencer par ceux que font entendre nos rires de spectateurs. Car il n'y a d'affirmation de soi que féroce et hargneuse : pour se proclamer libre et irréductible, comme un homme.
Vega Cuzytek dans Orpheline
Chronique

Bayard d'Or FIFF 2016 : « Orpheline » à tout prix

8 octobre 2016
Le doublé d’Orpheline – Bayard d’Or du meilleur film et Prix de la meilleure comédienne – nous invite à poser une question curieuse : quel film et quelle comédienne prime-t-on ? Ceux dont nous avons vu les images à l'écran ? Ou ceux dont ces images ne sont jamais que l’appel ?
sauteurs-sidibe
Critique

« Les Sauteurs » : la Caméra déchaînée de Sidibé

5 octobre 2016
À la caméra enchaînée de "Broken Land", celle du pouvoir, celle du chasseur, celle du télé-surveillant, s’oppose la caméra déchaînée des sauteurs, celle de ceux qui ne cessent de grever l’attente par le possible, de sauter différentes régions du réel avec la force de l’imaginaire.
Adèle Exarchopoulos et Gemma Atherton dans Orpheline
FIFF

« Orpheline » : Dialectique de l’effeuillage, peaux et clichés

4 octobre 2016
Dialectique de l'effeuillage des peaux dans Orpheline, par laquelle le réalisateur des Pallières et la scénariste Christelle Berthevas racontent l'histoire d'une femme avec quatre actrices différentes (Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Vega Cuzytek)