Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

Rayons Verts

Rayon vert, Histoires de spectateurs, Majeur en crise et Chambre verte : découvrez les catégories les plus singulières du Rayon Vert.

Wonderstruck de Todd Haynes
Rayon vert

Épiphanies 2017 : Tentative de ne pas faire un Top annuel

6 janvier 2018
Plutôt qu'un énième top 2017, retrouvez une série de micro-épiphanies racontées par les expérimentateurs du Rayon Vert. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est par là que le cinéma est passé.
Noah Jupe et Matt Damon à table dans Suburbicon de Georges Clooney
Le Majeur en crise

« Bienvenue à Suburbicon » de George Clooney : Le Poids du Regard

6 décembre 2017
Analyse du regard dans « Bienvenue à Suburbicon », le sixième long métrage de George Clooney : des voisins voyeuristes à l'enfant observant les monstres du monde adulte.
L'épreuve de force : Clint et les voitures
Rayon vert

« L'Épreuve de force » de Clint Eastwood : La meilleure façon de conduire

4 novembre 2017
Depuis la Ford Galaxie 500 de l’inspecteur Harry Callahan jusqu’à la Gran Torino de Walt Kowalski, en passant par L'Épreuve de force, nombreuses sont les images de routes avec Clint Eastwood au volant. Histoire d'un lonesome driver : « Enjoy it while it last ».
Hulk Hogan au tribunal (Le proces d'une presse libre, Netflix, 2017)
Le Majeur en crise

Netflix : Quand les contenus antisystèmes et l'idée de liberté se font marchandises

31 octobre 2017
Enquête sur l'omniprésence de contenus libertaires et antisystèmes sur Netflix. Comment expliquer cette contradiction ? Sur quel présupposé repose-t-elle ? Comment celle-ci traduit-elle une stratégie de "contrôle" ?
Le Majeur en crise

À partir de « Charlie et la Chocolaterie » : Tim Burton, Policier de l'imaginaire et Fossoyeur de freaks

12 septembre 2017
L'imaginaire de Tim Burton, sous son apparente marginalité et malgré son origine macabre, serait en réalité traversé par un désir de conformisme totalitaire et de négation d'autres formes d'altérité.
Marine Vacth sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2017
La Chambre Verte

« L’Amant double » de François Ozon : Histoire de cheveux

6 septembre 2017
Enquête sur la mystérieuse transfiguration capillaire de Marine Vacth dans la scène d'ouverture de l'Amant Double : pourquoi Ozon montre, au moment clé qu’est l’introduction, une scène violente qui semblera finalement dénuée de tout rapport avec la suite du long métrage ?
La Chambre Verte

« Terminator 2 » : Arnold Schwarzenegger, Figure paternelle et Corps obsolète

31 août 2017
Alors que le premier Terminator érigeait le personnage d'androïde incarné par Arnold Schwarzenegger en croquemitaine du cinéma de genre, sa suite, réalisée sept ans plus tard, remodèle son image dès la première demi-heure : enquête sur la transformation d'une machine à tuer en protecteur d’enfants.
Le feu d'artifice (Involuntary - Ruben Östlund)
Le Majeur en crise

« Involuntary : Happy Sweden », l’Armageddon de Ruben Östlund

2 août 2017
Sorti en 2018, Happy Sweden de Ruben Östlund est moins une petite leçon de morale qu'un étrange film de science-fiction apocalyptique prônant une forme de vitalisme présente dans toute l’œuvre du cinéaste. Dans ce Royaume, les Involontaires sont rois.
Joel Edgerton et Kelvin Harrison Jr. dans "It comes at Night"
Rayon vert

Hantologie de la Frontalité : du Surgissement des Démons dans « It Comes At Night »

14 juillet 2017
Comment ce qui hante l'esprit se présente à l'être tourmenté ? « It Comes At Night » cherche à répondre esthétiquement à cette question en travaillant sur la frontalité comme espace où se manifestent les démons.
Immortalité, cosmos et visage dans Under the skin, un film de Jonathan Glazer
La Chambre Verte

Immortalité et Cinéma : L'immortalité cosmique selon Borges

28 juin 2017
Comment, à partir de conférences données par Borges de 1977 à 1978, l'immortalité peut-elle se penser au cinéma et à travers la présence spectrale de l'acteur : « Au-delà de notre mort corporelle restent nos actes, nos œuvres, nos façons d'être, cette merveilleuse partie de l'histoire universelle ».
Laurent Lafitte dans K.O., un film de Fabrice Gobert
Le Majeur en crise

« K.O. » de Fabrice Gobert : Dérèglements d’un film double

20 juin 2017
K.O. renvoie aussi bien à une donnée scénaristique – le « fight club » clandestin auquel va prendre part le personnage principal – qu'à l’état psychologique du héros, ou encore à la situation chaotique dans laquelle se trouve le héros, avant de renoncer à tout. Explication.
Les acteurs et les marionette de "Arde brillante en los bosques de la noche"
La Chambre Verte

« Arde brillante en los bosques de la noche » de Mariano Pensotti

15 juin 2017
Composé de trois actes sollicitant successivement des marionnettes, un sketch avec les acteurs et un film, Arde brillante en los bosques brillante de la noche s'intéresse à la question de la libération des corps. Comment affranchir aujourd'hui un corps des modes d'être du capitalisme ?
Philip Seymour Hoffman, par exemple, Une pièce de Rafael Spregelburd et du collectif Transquinquennal
La Chambre Verte

« Philip Seymour Hoffman, par exemple » : un nom sur des tapis de cosmos

30 mai 2017
Nul biopic pesant, nul hommage mortifère. « Philip Seymour Hoffman, par exemple » propose de concevoir l'acteur de cinéma comme un spectre que tout un chacun, créateur comme spectateur, peut rappeler à tout moment parmi les vivants : pour l'éternité des noms et des images.
Celia Johnson et Trevor Howard dans Brief Encounter, un film de David Lean
Rayon vert

« Brève Rencontre » de David Lean : Entre le Bruit et la Musique

14 mai 2017
Sorti en 1945, « Brève rencontre » de David Lean raconte une histoire d’amour passionnel et interdit entre deux êtres à la vie bien rangée, Laura et le docteur Alec, en travaillant de manière originale sur le son : bruit ou musique, incarné ou non, le son constitue un langage à part entière.
Paterson (Adam Driver) rencontre une jeune poétesse dans Paterson
Rayon vert

« Paterson » de Jim Jarmusch : La Quête de la Légèreté

28 avril 2017
« Paterson » montre la difficulté pour un homme qui se rêve poète, un poil orgueilleux et pratiquement incapable de s’accorder avec ce qui l’entoure, de retrouver la simplicité et la légèreté, aussi bien dans ses mots que dans son quotidien.
Gary Cooper dans La Huitième Femme de Barbe-Bleue
Histoires de spectateurs

« La Huitième Femme de Barbe-Bleue » : Et le Spectateur devint lecteur

9 mars 2017
Avec La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Lubitsch offre une étincelante illustration de son sens de la comédie. Le film s’appuie sur divers registres du comique, avec un art consommé du rythme, mais l'on est surtout frappé par le rôle majeur que jouent les écrits, invitant le spectateur à se faire lecteur.
Un écran dans Premier Contact de Denis Villeneuve
Rayon vert

« Premier Contact » de Denis Villeneuve : Les Extraterrestres, les Écrans et Nous

1 mars 2017
Télévisions, ordinateurs, tablettes, sans oublier ce qui sépare les heptapodes et les humains à l’intérieur du vaisseau : « Premier Contact » est parsemé d’écrans. Et si le réalisateur proposait, derrière la rencontre entre humains et extraterrestres, une mise en abyme du spectateur de cinéma ?
laura-dern-certain-women
Rayon vert

« Certaines Femmes » de Kelly Reichardt : Kelly’s Cutoff

22 février 2017
Kelly Reichardt opère une constante déstabilisation du regard : tout en enracinant ses personnages dans un microcosme prosaïque, elle les abandonne à leurs errements dans une immensité aussi aride qu’accueillante, terrain d’une poétique de la déviation...
Le Majeur en crise

Les blockbusters et le spectateur 2.0 : entre marketing et ingéniosité

13 janvier 2017
Dans une perspective postmoderne, les blockbusters hollywoodiens mobilisent aujourd'hui les nouveaux savoirs du spectateur, sa culture et ses attentes. Ils transforment ainsi les personnages en complices presque conscients de participer au spectacle. Ces films ne cachent plus leurs ambitions commerciale, leur cynisme mais aussi leur l'ingéniosité.
Émilie Dequenne dans à perdre la raison de Lafosse
Le Majeur en crise

De l’utilisation de la musique à des fins de rupture narrative dans le cinéma d’auteur contemporain

8 décembre 2016
Analyse d'une figure de style qui a fini par devenir un gimmick : l'usage in extenso d’un morceau de musique dans la diégèse – le plus souvent une chanson populaire –, à des fins scénaristiques et dramaturgiques, avec pour effet escompté de provoquer une émotion chez le spectateur.
La femme infidèle (Chabrol)
Rayon vert

Il y a péril en la demeure : À propos de « La Femme infidèle » de Claude Chabrol

29 novembre 2016
Craquelant les faux-semblants des bourgeois interprétés par Michel Bouquet et Stéphane Audran dans La Femme Infidèle, Claude Chabrol déchaîne une passion folle et sauvage qui troublera définitivement la paix du ménage : étude de la mise en scène d'une Nature non-domestiquée.
Desperate Hours de Michael Cimino
Le Majeur en crise

« Desperate Hours » : Cimino aux heures désespérées du Nouvel Hollywood

25 novembre 2016
La Maison des Otages peut être lu comme un manuel de survie cinématographique : il y a là comme une invitation à jouir de façon presque enfantine du spectacle que nous offrent les images, en dépit de l'amertume et de la désillusion qui en constituent le revers.
boris-sans-beatrice-cote-2015
Le Majeur en crise

La Magie des rencontres : de Boris sans Béatrice à Boris avec Béatrice

18 novembre 2016
Il en va du cinéaste comme de Boris Malinovsky, l'anti-héros de Boris sans Béatrice : sa richesse tient de la maîtrise absolue des espaces-temps, et de tout ce qui circule à l’intérieur de ceux-ci. C'est à la subversion de cette maîtrise sans reste que travaille Denis Côté, pour faire advenir une rencontre.
huit-femme-ozon-actrices
La Chambre Verte

« 8 femmes » de François Ozon : Le murmure des Fantômes sous le Chant des stars

8 novembre 2016
L'aura et l'omniprésence des 8 actrices qui composent le générique de « 8 Femmes » de François Ozon, toutes stars ou étoiles montantes du cinéma, a souvent escamoté la présence des nombreux autres personnages, visibles ou évoqués dans le film : dans l'ombre, quel rôle jouent-ils ?
Florence Loiret Caille dans L'Effet Aquatique de Solveig Anspach
Rayon vert

Boire la tasse dans ses larmes avec « L'Effet aquatique »

30 octobre 2016
Dans la très belle scène où Agathe « boit la tasse dans ses larmes », « L'Effet aquatique » trouve ce moment de révélation où le personnage se laisse submerger par ses affects. Cette scène marque l'aboutissement d'un travail précis sur l'hétérogénéité d'un petit monde bariolé.
Rayon vert

« Neon Bull » de Gabriel Mascaro : Les Silences et la Nuit

22 octobre 2016
Rodéo nous donne l'occasion de mieux comprendre deux caractéristiques esthétiques du cinéma sud-américain : les silences et le recours aux passages oniriques : il y va de l’originalité d'un regard, d'un réel travail esthétique ainsi que d'un usage subtil des puissances du cinéma.
Adèle Exarchopoulos et Gemma Atherton dans Orpheline
FIFF

« Orpheline » : Dialectique de l’effeuillage, peaux et clichés

4 octobre 2016
Dialectique de l'effeuillage des peaux dans Orpheline, par laquelle le réalisateur des Pallières et la scénariste Christelle Berthevas racontent l'histoire d'une femme avec quatre actrices différentes (Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Vega Cuzytek)
Rayon vert

« Anomalisa » & « Her » : Le chant des sirènes contemporaines

23 septembre 2016
Il arrive régulièrement que des œuvres empruntent des chemins inédits pour nous parler d’amour autrement. C’est le cas de « Her » (2013) et de « Anomalisa » (2016) qui rejouent, à leur manière, l’appel des sirènes de l’Odyssée.
Sophie Marceau dans La Taularde
La Chambre Verte

Chut chut… chère Sophie : « La Taularde », d'Audrey Estrougo

14 septembre 2016
Avec "La taularde", Audrey Estrougo confronte deux réalités a priori incompossibles : d'une part l'aura inébranlable de Sophie Marceau, la petite fiancée des Français ; d'autre part la société carcérale, entre amalgame et déviance revendicatrice. Portrait d'une défiguration et refiguration.
Anne-Cécile Vandalem l'intime festival
Histoires de spectateurs

À partir de Boris Lehman : Trois portraits de conteurs à l'Intime Festival

8 septembre 2016
Portrait de conteurs à l'intime festival : une pratique de l’existence chez Boris Lehman (corps cinématographié), McLiam Wilson (corps de luttes), et Lise Charles lue par Anne-Cécile Vandalem (corps jaloux), comme autant de manières de poursuivre sa propre histoire.
La Chambre Verte

« Ma loute » de Bruno Dumont : Jouer ensemble ou jouer contre

3 septembre 2016
Dans Ma Loute, le jeu des comédiens s'impose comme un des enjeux majeurs du film. Dumont renvoie dos-à-dos deux idées reçues sur le jeu d'acteur : la maîtrise des professionnels et le pseudo-naturel des non-professionnels. Est-ce la marque d’un affrontement ou celle d’une communion ?
Knight of cups (Malick)
Rayon vert

Prisonniers du désert : sur Terrence Malick, Bruno Dumont et Werner Herzog

12 août 2016
Dans « Knight of Cups », Terrence Malick subvertit les données du roman de chevalerie ou du récit picaresque pour faire affleurer à leur surface ce qui serait le squelette d’une sensation ou d’un souvenir. Analyse de l’expérience et de l’épreuve du temps chez Malick, Dumont et Herzog.
Midnight-Special-Jaeden-Lieberher
Rayon vert

« Midnight Special » de Jeff Nichols : Protéger le fantastique d’une existence

26 juillet 2016
« Ce que j’ai compris, c’est que quand on a un enfant on abandonne une part de soi à l’univers » : analyse des thèmes et motifs fantastiques présents dans « Midnight Special » du réalisateur américain Jeff Nichols.
Le bar du mistral dans Plus Belle la vie
Le Majeur en crise

Les typologies sociales de « Plus Belle la Vie »

26 juin 2016
Premières pistes de réflexion autour de « Plus Belle la Vie » : Comment la série représente-t-elle les différentes couches de la société et les différents corps de métiers ? En tant que microcosme où se retrouvent tous les personnages de la série, quel rôle y joue le bar du Mistral ?
Le Vortex de la Fever Room d'Apichatpong Weerasethakul
Histoires de spectateurs

Les fièvres de la « Fever Room » : Récit d'une performance d'Apichatpong Weerasethakul

12 juin 2016
Si le rêve est une porte vers l'expérience temporelle de l'éternité, comme le pensait Borges, alors l’œuvre de Weerasethakul est celle qui travaille le plus intensément cette piste. Comme les rêves, la Fever Room nous permet d'approcher les mystères du temps. En voici le récit.
Cinéphile aujourd'hui : Admiration d'acteurs
La Chambre Verte

Cinéphilie des premières fois : De ces rencontres imprévisibles avec les acteurs

14 mai 2016
À quel point notre intérêt pour un film peut dépendre de la découverte d'un acteur ou d'un coup de cœur pour lui ? Nous racontons ici l'histoire des premières rencontres, celles qui vont déterminer la relation à long terme du cinéphile avec un acteur et les personnages qu'il a incarnés.
Anomalisa de Charlie Kaufman
Le Majeur en crise

« Anomalisa » : D'une Marionnette emmêlée dans les Ficelles du désir

18 avril 2016
Avec Anomalisa, Kaufman s'intéresse à une nouvelle force invisible logée au creux de l'être humain : le désir, à la fois amoureux et sexuel qui, dans les nouages complexes qu'il opère, définit une attente envers l'autre autant qu'avec soi-même et le monde dans lequel on se trouve.
JurassicPark(Spielberg)
La Chambre Verte

Les Visions de Sam Neill : De « Jurassic Park » à « Event Horizon »

6 avril 2016
De Jurassic Parc à Event Horizon, Sam Neill a été l’une des incarnations à l’écran d’un spectateur confronté à de nouvelles images, le témoin sacrificiel de ces créations hybrides, et le produit de la réflexion d’un cinéma de genre sur le statut et le rôle de son public. Analyse.
Friends-celui-qui-jouait-à-la-balle3
Le Majeur en crise

« Friends » : Quand la comédie de caractère trébuche sur le jeu sans acteur

5 mars 2016
Il arrive parfois que l’histoire n’avance plus, que la situation globale trébuche, que les acteurs se mettent véritablement à jouer. C’est ce jeu, pour rien, qui se donne à voir dans l’épisode 21 de la saison 5 de la série « Friends » : « Celui qui jouait à la balle ».
Beckett à Londres en 1976
Histoires de spectateurs

Samuel Beckett : En attendant plusieurs fois Godot

27 février 2016
Trois fois l'ennui et le divertissement avec le chef d'œuvre de Samuel Beckett, en attendant Godot : dans le texte original paru en 1949, dans le film « Beckett dirige Beckett » réalisé en 1989, et dans la mise en scène de Jean-Pierre Vincent jouée au Théâtre de Namur en 2015.
Rayon vert

« Souvenirs de Marnie » : Les Cercles d'Anna

19 janvier 2016
Pour vivre, nous dit magnifiquement Souvenirs de Marnie, il faut s'inventer des cercles, des sphères, des micro-univers, se tenir à l'intérieur, s'y épanouir, puis pouvoir grandir avec, c'est-à-dire les oublier, parce qu'ils sont éphémères, tout en s'en rappelant comme des événements fondateurs.
L'air surpris de Mister Bean
Le Majeur en crise

Quelques mots sur l'intelligence de Mr. Bean

7 janvier 2016
Pourrait-on imaginer que Mr. Bean puisse nous éveiller à l’art du portrait ? Une séquence admirable du film Bean (1997) va nous permettre de saisir toute la richesse du personnage que Rowan Atkinson n’a cessé de décliner avec inventivité.
Rayon vert

« La Loi du marché » : Un dernier cours de danse...

6 janvier 2016
Avec « La Loi du Marché », Stéphane Brizé pose la question des liens qui rattachent les hommes à la société. Comment maintenir ces liens alors que tout s'écroule ? Quelle réaction adopter face à la déshumanisation croissante de la société qui en brise les fondements ?
Knock Knock de Eli Roth
Le Majeur en crise

« Knock Knock » de Eli Roth

2 janvier 2016
S'il y a une morale à Knock Knock, ce n'est pas à la perversité ou à la violence latente du spectateur qu'elle s'adresse : Eli Roth rappelle simplement comment notre société crée des modèles artificiels qui peuvent nous rendre prisonniers de ses illusions et de ses archétypes.
Le phénomène physique du Rayon Vert
Rayon vert

Histoires de Rayons Verts : Phénomène physique, Critique de cinéma, Spectateurs mélancoliques

1 janvier 2016
En s'appuyant sur la physique, un roman de Jules Verne et un film de Rohmer, ce texte déplie les différents aspects théoriques et pratiques contenus dans le concept de rayon vert : un type de perception, une manière de concevoir la critique de cinéma, une expérience de spectateur.