Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

Cinéma spatial

Retour sur un cinéma tourné vers les étoiles, qui garde néanmoins les pieds solidement ancrés sur terre – pour le meilleur et pour le pire : passer au-delà de l'écran à l'occasion d'une rencontre avec une vie extraterrestre (Arrival de Denis Villeneuve), tenter de maîtriser une fragilité bien humaine sous couvert de conquête spatiale (First Man de Damien Chazelle), désacraliser les mythes et tabous de la science-fiction (High Life de Claire Denis), désamorcer l’hystérie caractéristique du roman névrotique familial (Ad Astra de James Gray) ou rêver aux confins tout en gardant les pieds sur terre (Proxima d'Alice Winocour).

Zélie Boulant-Lemesle dans Proxima d'Alice Winocour
Le Majeur en crise

« Proxima » de Alice Winocour : Enjoy the gravity

28 avril 2020
À la différence de ses homologues américains saturant l'espace de psycho-drames familialistes, Alice Winocour règle les questions de la pesanteur humaine sur terre : « Proxima » se donne d'abord comme le nom d'une station d'entraînement, ensuite comme une obsession pour les étoiles, enfin et...
Brad Pitt dans Ad Astra
Critique

« Ad Astra » de James Gray : Per monstra, père monstrueux

11 octobre 2019
La force des films de James Gray consiste notamment dans la douce inquiétude d’un regard mélancolique qui désamorce l’hystérie caractéristique du roman névrotique familial. « Ad Astra » n'y déroge pas, quand bien même relève-t-il pleinement du familialisme comme idéologie conformant...
Robert Pattinson dans High Life
Critique

« High Life » de Claire Denis : Désacralisation des tabous et des mythes de la science-fiction

10 novembre 2018
De quelle manière Claire Denis opère-t-elle, avec « High Life », une désacralisation des tabous et des mythes de la science-fiction ?
Les scientifiques dans First Man
BIFFF

« First Man » de Damien Chazelle : L’Odyssée de la Maîtrise de la Fragilité

2 novembre 2018
Une troisième histoire gravite autour de « First Man » : celle du processus qui a mené l’intelligence humaine à réussir un exploit. Et si la relative lourdeur du biopic, au bout du compte, ne faisait que servir cette troisième histoire, qui n'est autre que la maîtrise de la fragilité ?
Un écran dans Premier Contact de Denis Villeneuve
Rayon vert

« Premier Contact » de Denis Villeneuve : Les Extraterrestres, les Écrans et Nous

1 mars 2017
Télévisions, ordinateurs, tablettes, sans oublier ce qui sépare les heptapodes et les humains à l’intérieur du vaisseau : « Premier Contact » est parsemé d’écrans. Et si le réalisateur proposait, derrière la rencontre entre humains et extraterrestres, une mise en abyme du spectateur...