Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

Nausicaa Dewez

Thésarde, prof de français, postdoc, agente administrative, pigiste puis attachée à la Promotion des Lettres, Nausicaa Dewez aime la littérature et le cinéma. Elle donne son avis sur l’une dans la revue Le Carnet et les Instants, dont elle est rédactrice en chef, et sur l’autre dans Le Rayon Vert.
Vincent Lindon dans En Guerre
Critique

« En guerre » de Stéphane Brizé : Un héros nommé Laurent Amédéo

28 juillet 2018

Avec « En guerre » et Laurent Amédéo, le héros bigger than life interprété par Vincent Lindon, les intentions politiques de Stéphane Brizé achoppent sur un dispositif renvoyant l'intégralité de la lutte du côté de l'idéal : quand vient à manquer la fable politique – cette fiction documentaire, ce documentaire fictionnel.

Tous les acteurs autour de la table (Happy End, Hanke)
Critique

« Happy End » de Haneke : Bourgeois et outsiders, Langues étrangères et accents distinctifs

10 octobre 2017

En optant pour un casting international à l'affiche de Happy End, Michael Haneke joue avec la diversité des langues, des accents, voire des rapports au langage : une diversité qui éclaire les rapports de force entre individus et entre classes sociales.

Marine Vacth sur le tapis rouge du festival de Cannes en 2017
La Chambre Verte

« L’Amant double » de François Ozon : Histoire de cheveux

6 septembre 2017

Enquête sur la mystérieuse transfiguration capillaire de Marine Vacth dans la scène d'ouverture de l'Amant Double : pourquoi Ozon montre, au moment clé qu’est l’introduction, une scène violente qui semblera finalement dénuée de tout rapport avec la suite du long métrage ?

Photographe dans l'abre, le maire et la médiathèque d'Eric Rohmer
Esthétique

Le Cinéma, Rohmer et l'architecture : à propos de « L'Arbre, le Maire et la Médiathèque »

19 juin 2017

Avec L’Arbre, le Maire et la Médiathèque ou Les sept hasards, Éric Rohmer met en scène sa conception de l’architecture, mais aussi, en creux, celle du cinéma : « Je préfère le cinéma à tous les autres arts parce qu’il n’a pas un rapport de prédation au paysage ».

Gary Cooper dans La Huitième Femme de Barbe-Bleue
Histoires de spectateurs

« La Huitième Femme de Barbe-Bleue » : Et le Spectateur devint lecteur

9 mars 2017

Avec La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Lubitsch offre une étincelante illustration de son sens de la comédie. Le film s’appuie sur divers registres du comique, avec un art consommé du rythme, mais l'on est surtout frappé par le rôle majeur que jouent les écrits, invitant le spectateur à se faire lecteur.

zaroff-most-dangerous-game-3
Esthétique

Depuis « Les Chasses du Comte Zaroff » : Crime et châtiment de deux Chasseurs d’hommes

17 décembre 2016

Analyse croisée de la mise en scène de chasseurs transgressifs dans « Les chasses du comte Zaroff » de Shoedsack et Pichel, sorti en 1932, et « Soudain, l’été dernier » de Mankiewicz, sorti en 1959 : de la figure marquée du comte Zaroff à la défiguration de Sebastian.

huit-femme-ozon-actrices
La Chambre Verte

« 8 femmes » de François Ozon : Le murmure des Fantômes sous le Chant des stars

8 novembre 2016

L'aura et l'omniprésence des 8 actrices qui composent le générique de « 8 Femmes » de François Ozon, toutes stars ou étoiles montantes du cinéma, a souvent escamoté la présence des nombreux autres personnages, visibles ou évoqués dans le film : dans l'ombre, quel rôle jouent-ils ?

Naomi Watts et Laura Elena Harring dans Mulholland Drive
Esthétique

Buñuel, Lynch et Jeunet : la magie des boîtes

27 septembre 2016

De trois esthétiques, condensées dans trois boîtes, issues de trois films qui ont, chacun à leur manière, marqué l’histoire du septième art : Belle de jour (Luis Buñuel), Mulholland Drive (David Lynch), Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet).

Une femme est une femme (Karina-Brialy)
Esthétique

« Une femme est une femme » : Scène de ménage entre son et image

26 août 2016

Analyse d'une scène de ménage faite leçon de cinéma par Jean-Luc Godard dans « Une femme est une femme », l’un des films emblématiques de la Nouvelle Vague : 4 minutes 30 de variations entre ce qui est dit, entendu et montré pour autant de décalages pédagogiques et comiques.

twitterfacebook