Logo du Rayon Vert Revue de cinéma en ligne

Le prix de la fiction 2 : Film libéralisme, à partir de Toni Erdmann

3 juillet 2016Maël Mubalegh

Sandra Hüller dans Toni Erdmann« Toni Erdmann » et « Les Amitiés invisibles » interpellent par l'ambition commune qu'ils nourrissent, à savoir une critique du libéralisme contemporain plus ou moins voilée dans l'apparente inoffensivité de la forme : screwball comedy potache pour M. Ade, thriller politique pour C. Hochhäusler.
3 juillet 2016Maël Mubalegh
Critique

Écrit par Maël Mubalegh

« Entre moi-même et la vie se tient une fine surface vitrée. Bien que je puisse reconnaître et comprendre la vie avec netteté, je ne peux pas la toucher. » Ces quelques mots du narrateur évanescent du Livre de l'intranquillité saisissent en négatif, sans doute mieux que je ne pourrais le faire, ce qui constitue pour moi l'expérience de spectateur : substituer à la vitre qui, dans la vie vécue, m'offre et m'obstrue la vue tout à la fois, celle, plus honnête – et en un sens plus réelle – que délimite l'écran de cinéma.
Voir tous les articles de l'auteur →
twitterfacebook