Trois paradoxes à l’oeuvre dans « Le Fils de Saul »