« Ingrid Goes West » et le simulacre de l’Ego véritable