« Souvenirs de Marnie » : L’effectivité cathartique du dessin